Toshiba fait entrer sa filiale Landis+Gyr à la bourse suisse

Le conglomérat japonais Toshiba vient d’annoncer l’entrée de sa filiale de compteurs électriques Landis+Gyr à la bourse Six Swiss Exchange de Zurich. On se souvient que le groupe souhaitait vendre une autre de ses activités, la conception des puces mémoires, mais sans grand succès. Cette fois-ci, Toshiba est parvenu à céder 60 % de ses parts qu’il détient sur Landis+Gyr. Traversant une période trouble avec un grand besoin de liquidités, cette cession va lui permettre de rassurer ses banques.

BROKER
Minimum dépôt
N°CYSEC
AVIS
Accéder au site
200 €
n°175/12
★★★★★
CFD protégé vs Option Binaire
200 €
n° 182/12
★★★★★

Le titre vendu à 78 francs suisses par action

L’introduction de sa filiale de compteurs électriques à la Bourse est considérée comme la plus performante depuis celle de Petroplus en 2006. L’action était évaluée à 78 francs suisses, ce qui correspond à une valorisation boursière de 2,3 milliards de francs suisses (soit 2,07 milliards d’euros). Ce même vendredi, lors de son introduction en Bourse, le titre de cette filiale a achevé la séance à 78,5 francs suisses.

Trader le CFD Protégé chez OptionWeb

Le fonds japonais Innovation Network Corp of Japan (INCJ) qui détenait les autres 40 % a emboité le pas à Toshiba en annonçant également sa sortie. Le conglomérat japonais a affirmé que cette décision a été prise parce qu’il avait un besoin urgent de « renforcer son assise financière ». Cette transaction de cession avec l’entrée en bourse de Landis+Gyr est évaluée à 269,4 milliards de yens (un peu plus de 2 milliards d’euros). La part revenant à Toshiba est de 161,7 milliards de yens soit un bénéfice net de 40 milliards de yens (310 millions d’euros).

Toshiba compte également se défaire de son activité de puces mémoires

En plus de se séparer de sa filiale de compteurs, Toshiba a également l’intention de céder l’une de ses pépites, la fabrication des puces mémoires, Toshiba Memory. L’INCJ était en bonne place pour la reprise, mais l’opération a été bloquée par Western Digital qui est également partenaire avec Toshiba sur les puces mémoires. Pour l’instant, la justice californienne ne s’est pas encore prononcée.

De l’autre côté, les finances du conglomérat sont loin d’être satisfaisantes. Entre avril 2016 et mars 2017, le groupe a perdu plus de 995 milliards de yens (soit plus de 8 milliards d’euros). Le rachat effectué il y a six ans de Landis+Gyr pour 2,3 milliards de dollars n’a pas été un succès, le géant industriel comptait justement sur cette acquisition pour se positionner sur les réseaux électriques intelligents et les « smart grid ». Tous ces déboires arrivent suite à la faillite de sa filiale nucléaire américaine, Westinghouse.

BROKER
Minimum dépôt
N°CYSEC
AVIS
Accéder au site
200 €
n°175/12
★★★★★
CFD protégé vs Option Binaire
200 €
n° 182/12
★★★★★
PARTAGER